Comment assurer sa résidence secondaire ?

Partagez sur :

Vous êtes propriétaire ou envisagez d’acheter une seconde résidence ? Quelles sont les solutions disponibles pour bien protéger cet autre logement contre les sinistres les plus fréquents ? Quelles sont les différences entre les contrats ? Quelles sont les garanties additionnelles à connaître pouvant vous être utiles ? Voici tout ce que vous devez savoir pour choisir au mieux votre assurance pour résidence secondaire !

Pourquoi souscrire une assurance pour votre résidence secondaire ?

Avoir une assurance habitation pour sa résidence secondaire n’est pas obligatoire, ni pour les propriétaires ni pour les éventuels locataires. Néanmoins, si le bien immobilier est loué pendant les périodes où vous n’y vivez pas, les occupants ont l’obligation légale de disposer au minimum d’une garantie de responsabilité civile couvrant les dommages involontairement causés aux tiers. De même, si le bien est un appartement ou encore une maison en copropriété, vous devez bénéficier d’une garantie de responsabilité civile pour couvrir les dommages causés aux parties communes.

 

Pourquoi prendre une assurance multirisque dans ce cas ? Parce que les résidences secondaires sont soumises aux mêmes risques que les autres habitations. Le fait que le logement n’est pas occupé pendant une partie de l’année l’expose même à des risques plus élevés. En particulier à des sinistres comme les vols et actes de cambriolage ou vandalisme. L’absence d’occupants donnant amplement l’opportunité de dérober les objets de valeur…

 

La non-occupation du bien est également un problème dans l’éventualité où un dégât des eaux ou un incendie se déclareraient. La prise de conscience du sinistre serait retardée, notamment si la demeure en question est isolée (pas de voisins, pas de passants). Et donc l’intervention des services de secours ou professionnels s’en trouverait également retardée. Ce qui expose les propriétaires des lieux à des dommages plus extensifs et surtout plus coûteux.

 

C’est pourquoi il est très fortement recommandé pour les personnes propriétaires d’une ou plusieurs résidences secondaires de souscrire une assurance pour protéger les biens en question, même s’ils ne sont pas tenus légalement de le faire. Les risques inhérents sont trop grands pour ne pas se protéger au travers de garanties adaptées.

 

À ce titre, il existe deux solutions pour protéger votre seconde demeure : demander une extension de garantie à l’assureur de votre résidence principale, ou souscrire une nouvelle assurance habitation spécifique au deuxième logement !

En quoi consiste l’extension de contrat d’assurance habitation multirisque ?

Si vous disposez d’une assurance multirisque habitation pour votre résidence principale, vous avez la possibilité d’étendre la couverture à votre résidence secondaire. Cela fait partie des extensions de garantie qui peuvent être proposées, en échange d’une augmentation de la prime d’assurance. Toutefois, tous les contrats d’assurance ne le permettent pas.

En tant que propriétaire d’une maison secondaire, il vous suffit donc de contacter votre compagnie d’assurance pour vérifier si cette option est envisageable et avec quelles garanties. Si vous êtes satisfait de l’offre présentée, un simple avenant signé de votre main sera ajouté au contrat existant, précisant la date de prise d’effet de l’extension de garantie.

Néanmoins, il faut prendre garde à quelques détails importants ! En effet, il est fréquent que les garanties contre le vol, le cambriolage et le vandalisme prévoient une clause dite d’inhabitation empêchant la prise en charge des dommages dès lors que le bien a été inoccupé pendant plus de 60 ou 90 jours. Très problématique, si vous ne louez pas votre résidence secondaire…

 

Donc, au moment de la signature de l’avenant, il faut veiller à faire retirer cette clause du contrat, pour bénéficier de garanties suffisantes. Là encore, le retrait de la clause va faire augmenter la prime, mais c’est indispensable pour ne pas avoir de mauvaises surprises par la suite. À l’inverse, il est possible que certaines garanties ne vous soient pas nécessaires. Il vous appartient alors de définir avec votre assureur les garanties que vous jugez inutiles et que vous souhaitez exclure, de façon à maintenir la prime à un niveau raisonnable.

 

Toutefois, le principal écueil avec l’extension de garantie est souvent que l’on ne vérifie pas si d’autres contrats sont plus intéressants et potentiellement proposés à moindre coût. En effet, il peut être judicieux de comparer les offres et de souscrire une assurance maison secondaire à part pour bénéficier de meilleures conditions.

Il est fréquent que les garanties contre le vol, le cambriolage et le vandalisme prévoient une clause dite d'inhabitation empêchant la prise en charge des dommages dès lors que le bien a été inoccupé pendant plus de 60 ou 90 jours.

A quoi faut-il faire attention en cas d’assurance spécifique à la résidence secondaire ?

Si vous ne pouvez pas obtenir d’extension de garantie ou si cette dernière n’est pas assez protectrice à vos yeux, l’autre option intéressante est de prendre une assurance résidence secondaire spécifique pour votre deuxième logement. En théorie, celle-ci va vous offrir des garanties similaires à une assurance habitation classique. Pour autant, il y a des différences entre une assurance habitation principale et secondaire :

  • La clause d’inhabitation : dans les contrats pour résidence secondaire, cette clause soit n’existe pas, soit est beaucoup plus longue que dans les contrats standards. Un point important à vérifier avant de signer, sachant qu’elle est susceptible d’empêcher le remboursement de certains dommages. Vous pouvez négocier sa durée ou son retrait si vous acceptez une modulation de la prime d’assurance en échange. Ou encore prendre une extension des garanties qui ont le plus de valeur à vos yeux.
  • La garantie de responsabilité : celle-ci étant déjà présente dans le contrat de votre résidence principale, elle n’a pas lieu de se trouver dans le contrat de la résidence secondaire. Sinon cela reviendrait à payer deux fois la même chose, vu que cette garantie est liée à votre personne et non à un logement en particulier, et ne couvre pas vraiment le bien en question. Par ailleurs, vos futurs locataires (si jamais vous louez le bien) doivent en souscrire une de toute façon.

 

Le cas particulier d’une résidence secondaire qui serait mise en location

Est considérée comme résidence secondaire tout bien immobilier à destination d’habitation dans lequel vous vivez moins de 8 mois par an. Si vous louez le bien toute l’année, dans le cadre d’un investissement immobilier locatif, il sera toujours vu sur le plan légal comme une résidence secondaire, même si vous ne l’occupez qu’un seul week-end. Dans ce cas de figure spécifique, vous aurez le choix entre une assurance résidence secondaire ou propriétaire non occupant. Cette seconde option, aussi nommée assurance habitation propriétaire bailleur, vous permet de couvrir le logement durant les périodes d’inoccupation pour le protéger contre les principaux sinistres.

Bien que la mise en location réduise les risques liés à l’inoccupation du logement, ainsi que tous les dommages associés à des sinistres non pris en charge à temps, le fait de louer la résidence secondaire va également générer de nouveaux risques : le non-paiement des loyers, les détériorations causées par l’usure ou le manque d’entretien, etc.

 

Heureusement, les assurances habitation pour maison secondaire, tout comme les contrats pour propriétaire non occupant, peuvent être enrichis d’une assurance loyers impayés qui permettra d’obtenir une indemnisation en cas de défaut de paiement des locataires, de même qu’une couverture des travaux rendus obligatoires par d’éventuelles détériorations.

 

C’est essentiel si vous avez besoin des recettes de location pour couvrir les frais liés à l’entretien du logement, au paiement des taxes locales, ou au remboursement de votre emprunt immobilier (si vous avez acheté le logement à crédit). Vous pouvez aussi souscrire une garantie contre les risques locatifs qui prendra en charge le paiement des loyers si le locataire fait défaut.

N’hésitez pas à ajouter une garantie protection juridique si vos contrats existants n’en sont pas déjà pourvus, qui a vocation à couvrir vos frais judiciaires en cas de soucis avec les locataires. Cette formule vous apportera une aide bienvenue dans vos démarches, vous aidera à faire valoir vos droits par huissier de justice et devant les tribunaux.

Quelles sont les autres garanties à prévoir ou à bien négocier ?

Au-delà des formules déjà mentionnées, il peut être intéressant de souscrire certaines garanties pour protéger au mieux votre résidence secondaire !

  • La garantie recours des voisins et des tiers peut être un complément bienvenu au sein de votre contrat d’assurance pour résidence secondaire, si vous ne possédez pas déjà de garantie de responsabilité civile pour x raisons. Cette garantie couvrira les dommages corporels ou matériels que votre bien immobilier est susceptible de causer aux voisins de la résidence ou à toute autre tierce personne.
  • La garantie dommages aux biens est indispensable, c’est pourquoi elle est généralement incluse par défaut dans les assurances pour résidence principale ou secondaire. Si ce n’est pas le cas, rajoutez-la. Point important : vérifiez le montant du capital mobilier couvert ! En effet, dans la plupart des contrats, ce montant ne couvre au mieux que quelques milliers d’euros. Si vous avez plusieurs meubles de valeur ou des équipements high-tech, il faudra souscrire une extension pour augmenter le montant couvert. Choisissez la somme qui correspond au mieux à la valeur de vos biens.